Pur Malt

22 01 2008

josefk.jpg

Comme chacun sait, le meilleur whisky vient d’Ecosse. Et bien pour le post punk, c’est un peu pareil. J’entend d’ici les cris de rage et de désespoir de certains, tonnant  » Non !! c’est Joy Division et ça vient de Manchester !! « . Du calme les mecs, c’est juste une formule. Quoiqu’il en soit, Josef K fait tout de même partie des figures de proue du post-punk (après Joy, ok). Constitué de Paul Haig, Malcolm Ross, David Wedell et Ronnie Torrance, le groupe a sorti sur le label Postcard (écossais aussi) moultes tubes, tels Sorry For Laughing ou Heart of song. Mêlant habilement post-punk et rythmiques funk, Josef K laissa sa marque dans l’histoire, et influença par la même des groupes comme Franz Ferdinand ou Interpol. Pour l’anecdote, c’est bel et bien Alex Kapranos qui demanda au label Domino Records de sortir Entomology, « best of » du groupe, en hommage à ce groupe qui l’a fortement influencé. Achète, c’est meilleur que le Jack Daniel’s.

Josef K – Heart of Song

Site web non officiel ici.

Publicités




Italians Do it better

20 01 2008

 chromatics.jpg

Ah! Le retour de l’italo-disco! La bombe lancée par le site américain Pitchfork a (déjà) généré un véritable engouement pour le retour de ce versant dark, new wave et rétrofuturiste du disco. Engouement concentré sur un label : Italians do it better. En effet, loin des clichés du genre (souvent mauvais), le label nous propose un italo-disco version XXI ème siècle avec des groupes tels que Glass Candy, Chromatics (photo ci-dessus), Professor Genius ou encore Farah et Mirage. Les artistes signés sur le label ravivent la flamme en lui donnant un coup de jeune, comme avec le lifting de Last night a DJ saved my life d’Indeep revu et corrigé par Mirage sur la compilation du label, After Dark. On peut également noter la version de Computer Love de Kraftwerk par Glass Candy. Mais les compositions originales ne sont pas en reste. Entre la Grotta de Professor Genius, Beatific de Glass Candy et Lady Operator de Mirage, on se perd dans les divers recoins de ce disco spectral et envoûtant. La compile After Dark est donc un véritable petit trésor que l’on se doit d’avoir dans sa discothèque, signe que les Américains le font bien, voire mieux, que les Italiens.

Indeep – Last night a DJ saved my life (Mirage remix)

Professor Genius – La Grotta

Glass Candy – Computer Love

Va donc faire un petit tour sur le myspace du label…  C’est ici !





Killing in the name of

18 01 2008

the-kills.jpg

Et oui, 2008 marquera le (grand ?) retour du groupe The Kills. Composé d’Alison « VV » Mosshart et de Jamie « Hotel » Hince,  le groupe nous livre depuis 2001 un rock à la fois puissant et pourtant minimaliste, lo-fi. Signés sur le label Domino Records, également signataire de Franz Ferdinand ou Von Sudenfed, ils entretiennent depuis 2002 et la sortie de leur premier EP, Black Rooster, un certain goût pour le DIY et l’anti-conformisme. Longtemps comparés aux White Stripes, ils se sont complètement démarqués de cette étiquette avec la sortie de No Wow en 2005, où figurent les hits The Good Ones et No Wow. Ils nous reviennent donc avec un troisième album, Midnight Boom, dont est extrait le titre U.R. A Fever. Un morceau assez imposant, à la fois moite, gras et lourd, typiquement dans la veine new wave/ post punk empruntée lors de leur précédent album. Se tuera-t-on pour autant pour les Kills en 2008 ? Réponse à la sortie de l’album.

The Kills – U.R.A Fever

http://www.thekills.tv (magnifique site)





On dirait le Sud

17 01 2008

cut-copy.jpg

Et oui, c’est bien du sud que nous viennent ces joyeux lurons, puisqu’ils sont originaires d’Australie.  D’abord trio hip-hop, Cut Copy s’est orienté vers le rock à la suite d’une avarie de sampler en plein concert. Auteurs de l’incontournable Bright like neon love, Dan Whitford, Tim Hoey et Mitchell Scott reviennent avec un nouvel album, In Ghost Colours, qui sortira en 2008 sur le label australien Modular. Le trio électro-pop-rock, connu en France par son Fabriclive (n°29) où se côtoyait habilement NYPC, Roxy Music et Grauzone, nous livre ici un album qui s’annonce tout aussi excellent que le premier, toujours dans cette lignée de pop légère et d’électro daft punkienne. A ne pas rater également sur leur blog une excellente mixtape disponible au téléchargement, au titre évocateur : So Cosmic. Et oui, avec ces trois là, on voyage dans les étoiles.

Cut Copy – Lights and Music

http://www.myspace.com/cutcopy

 





Non, il ne s’agit pas du méchant dans Sonic

15 01 2008

alexander-robotnick-rare-robotnicks.jpg

Il s’agit plutôt du génial producteur italien Maurizio Dami, plus connu sous le pseudonyme d’Alexander Robotnick. Producteur depuis 1981, d’abord avec Avida puis sous son pseudonyme, Maurizio Dami fait partie des précurseurs de la musique électronique en ayant posé les bases de l’italo-disco et de la new wave grâce à ses morceaux, dont le plus connu de tous est sans aucun doutes Problèmes d’Amour. Dans ce titre, produit en 1983, on retrouve tout le charme de l’époque, avec des rythmiques proches de celle de New Order (décidément) mais aussi des éléments synthés et électroniques marquant les codes de l’italo-disco. Un morceau culte s’il en est. Alexander Robotnick reviendra parmi nous en 2008 avec une compile de remixs (avec notamment des remixes des Detroit Grand Pubahs) et un nouvel album, Italcimenti. A-hou-A.

Alexander Robotnick – Problèmes d’Amour

http://www.robotnick.it





Moving by night

14 01 2008

grovesnor.jpg

Grovesnor, aka Rob Smoughton, est le projet de l’ancien batteur du groupe anglais Hot Chip. Comme avec son ancien groupe, il utilise nombre de synthés et de composants électroniques pour délivrer des titres mélodiques tout en douceur. D’ailleurs, ses anciens collègues, pas rancuniers pour un sou, ont fait figurer Nitemoves en titre d’ouverture de leur excellent DJ-kicks. Encensé par Mylo, le morceau commence avec la voix de Smoughton et une mélodie au Rhodes, avant d’enchaîner avec une rythmique drum-n-bass-style. Et hop, on se retrouve dans la nuit noire illuminée de néons et autres réverbères, à errer avec un plaisir non dissimulé. Idéal pour la ballade, Nitemoves nous donne férocement envie de devenir des night-walkers.

Grovesnor – Nitemoves

http://www.myspace.com/grovesnormusic





It is a love affair in the club

14 01 2008

3.jpg
En complément du post de la semaine dernière sur le très talentueux Hercules and love Affair, voici un édit « club » du titre Blind où figure en featuring Antony Hegarty, plus connu sous le nom de Antony and the Johnsons.  Toujours la même veine discoïde. On adore.