Blind

28 01 2008

Et oui, Andy Butler aka Hercules and Love Affair est bien le poulain à suivre en 2008. Voici le clip de Blind, le titre où figure en featuring Antony Hegarty.

Publicités




It is a love affair in the club

14 01 2008

3.jpg
En complément du post de la semaine dernière sur le très talentueux Hercules and love Affair, voici un édit « club » du titre Blind où figure en featuring Antony Hegarty, plus connu sous le nom de Antony and the Johnsons.  Toujours la même veine discoïde. On adore.




It is a love affair

8 01 2008

dfa1.jpg

Nul besoin de présenter le label DFA fondé par le so new-yorkais spécialiste du 12 ans d’âge pur malt James Murphy, adepte du mutant disco (sors le fabriclive 36 de ton placard) et dénicheur de talent plus ou moins défriché. Dernière recrue, Hercules and Love Affair, aka Andy Butler, DJ new-yorkais réputé, qui produit avec Tim Goldsworthy (DJ résident de DFA avec Tim Sweeny) du disco comme on n’en a jamais fait. Avant disco, mutant disco, tout est permis pour cet ovni tout droit sorti du Studio 54 et de ses ambiances coke, cul et dépravation. Capable de faire shaker Patrick Juvet du booty tellement il lui rappelle le temps où il pouvait marcher dans la rue sans moustache ni lunettes noires, le Hercules Theme nous amuse follement, et nous régale tant il est à la fois savoureux de vintage et de fraicheur. On sent en effet le son patiné comme une coiffure bien gominée avant la soirée du samedi soir, les cuivres aussi présents que les poils dans l’encolure largement ouverte des chemises satinées mais tellement jouissifs, les beats aussi légers que les pas de Travolta sur la piste et les backing vocals non sans rappeller le « I feel love » mythique du Donna Summer et Moroder. Quant à Blind, elle reste sur le même sentier de perdition dans les 70’s, où les petites trompettes nous rappellent la petite Vanina ha ha ha du plus homo des chanteurs blonds danois parlant français et la rythmique une certaine mécanique bien huilée, les percus semblant surgir tout droit des disques d’un Cerrone ou de Kool & the gang. Andy Butler sort vraiment des sentiers battus, allant jusqu’à surclasser d’authenticité les edits pourtant géniaux de Pilooski (sur la compile DIRTY EDITS) avec un son freak mais sympathique. Et comme chacun sait, le freak, c’est chic.

Hercules and Love Affair – Hercules Theme

Hercules and Love Affair – Blind

http://www.myspace.com/herculesandloveaffair